Les Querelles entre d'oiseaux sont toujours difficiles à saisir, car ces scènes sont très rapides et souvent imprévisibles. Lorsque le photographe arrive à les saisir, elles permettent d'obtenir des photos très dynamique.
Ces querelles peuvent avoir pour origines plusieurs raisons :

  • soit pour un territoire, ou un site de nidification,
  • soit pour la nourriture,
  • soit pour une partenaire,
Querelle de hérons cendrés dans une héronnière.

Cette séquence de dix photographies découle d'une seule rafale d'une seconde. Sur plusieurs images on a l'impression que le combat se déroule en lévitation...


Chez les hérons ces querelles sont toujours de courtes durées, mais parfois violentes. En effet le bec de ces oiseaux est une arme redoutable, capable de transpercer un poisson lorsque ces oiseaux pêchent.




Prise de bec chez les Flamants roses


Les flamants roses sont des oiseaux très grégaire et vivant en groupe important ; la difficulté pour réaliser ce genre de photo est de trouver un angle de prise de vue ou les protagonistes sont un peu isolés, et sur un plan à peu près similaire compte tenu de la très faible profondeur de champ au téléobjectif.

Ici photo faite au 500mm + convertisseur 1,4.






Prise de bec chez les Guêpiers d'Europe.

Le Guêpier d'Europe vit souvent en colonies et aime se percher avec ses congénères sur les branches saillantes, les fils électriques et les poteaux. C'est un chasseur habile, qui capture les insectes en vol, essentiellement guêpes, abeilles, frelons, ainsi que libellules en Camargue. (Cette habileté en vol lui a d'ailleurs valu le surnom de "Chasseur d'Afrique".




J'avais l'oeil sur le guêpier posé sur la branche de tamaris, afin de le prendre en photo, quand le second est arrivé et a déclenché cette réaction d'hostilité, je n'ai toutefois pas eu le temps de réajuster correctement mon cadrage, d'où les ailes légèrement coupées du guêpier en vol...




Intimidation en vol...Combat de prétendant, ou place sur la branche...




Querelle chez les Sternes Pierregarin.

Son vol rapide et gracieux évoque celui de l'hirondelle. Cette caractéristique lui a valu le nom usuel d' «hirondelle de mer». C'est un oiseau palmipède, de l'ordre des Charadriiformes et de la famille des Laridaes, dont le plumage est blanc et gris, la calotte entièrement noire jusqu'aux yeux et le bec rouge orangé à pointe noire.
La Sterne Pierregarin est une des plus belliqueuse. Lorsque celles-ci sont en période de nidification, elles défendent leur territoire farouchement et bruyamment..



J'ai utilisé cette photographie pour réaliser le logo de mon site et du blog associé...















Ces deux là ce sont livrées à un véritable combat aérien de quelques secondes.




Querelle chez les Tadornes de Belon.

Le Tadorne de Belon est une espèce d'oiseau appartenant à la famille des anatidés. Il présente des caractéristiques intermédiaires entre celles des oies (faible dimorphisme sexuel entre mâles et femelles, participation du mâle aux soins à la couvée) et celles des canards (morphologie, voix).
Le mâle a la tête noir verdâtre, un bec rouge avec une caroncule de même couleur, une bande pectorale rousse d'où part une raie ventrale sombre, des ailes blanches avec les scapulaires et les rémiges primaires noires (marquées d'un miroir vert) et le reste du corps blanc.

















Ici on a affaire à deux prétendants mâle pour une femelle...




Autres querelles d'Oiseaux.

On observe souvent des querelles chez les limicoles surtout pendant la période précédant la nidification au moment de la formation des couples...




Querelle chez les Avocettes élégantes, ici la technique consiste souvent à faire "boire la tasse" à l'adversaire...






Querelle chez les échasses blanches, celles ci se livrent à de véritables ballets aérien lors de ces querelles...







En ce début de Printemps, retour des échasses blanches ; Celles-ci reviennent généralement en Camargue au cours du mois de Mars. Elles hivernent en Afrique tropicale, mais également au sud de l'Espagne et en Afrique du nord.
Ce petit échassier du groupe des limicoles vie en colonie, à l'approche de la période de nidification, celles-ci deviennent très bruyantes et nerveuses, les couples, strictement monogames, se forment dès l'arrivée sur les sites de nidification pour une seule saison de reproduction.



Cette période est l'occasion pour ces oiseaux, de nous offrir des scènes de ballet aérien toujours très élégant, et très animé.






L'échasse blanche vit principalement près des marais d'eau douce et salée, et dans les vasières, les champs inondés et les rizières. En Camargue, on la trouve près des étendues d’eau peu profondes, généralement salées en milieu découvert.



Ce petit échassier appartenant au groupe des limicoles est reconnaissable, à son bec fin et droit, son plumage du corps blanc, ses ailes noires, ses pattes rouges très longues qui dépassent nettement de la queue en vol. Les deux sexes sont presque semblables, mais la femelle est brunâtre alors que le mâle est plus noir.



Elle se nourrit d’insectes aquatiques, de vers, têtards, larves, et autres petits crustacés et mollusques. Ses longues pattes roses permettent à l'Échasse blanche de patauger en eau profonde, tout en recueillant sa nourriture en surface.



Elle peut toutefois plonger la tête sous l’eau pour chercher sa nourriture.



Accouplement d'échasse blanche sur le marais...




Elle niche généralement sur de petits ilots, la nidification a lieu à partir du mois d'Avril à Juin. Le nid est un creux dans la vase ou le sable, il est garni d'herbes ou de feuilles. 3 à 4 oeufs sont déposés en une ponte.


Les poussins sont nidifuges et quittent le nid pour aller se cacher dans la végétation environnante. Ils sont nourris par les deux parents. Ils s'envolent au bout de 4 semaines après la naissance, et deviennent indépendants 2 à 4 semaines plus tard.



Echasse blanche avec ses poussins...


L'échasse blanche n'est pas menacée et les populations semblent stables actuellement. L'Echasse blanche bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis 1976. Elle est inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne.



Phot Aubrac..

Le festival de Photographie Phot Aubrac s'est déroulé du 20 au 23 Septembre 2018, les expositions se répartissent autour de Nasbinals, Aubrac, Saint-Urcize, Marchastel. soit sur les trois départements de la Lozère, de l’Aveyron et du Cantal.

Pour en savoir plus consulter le Site du festival Phot Aubrac



Exposition au buron des Bouals à Aubrac...



Les expositions sont présentées dans des lieux emblématiques et insolites tels que burons, granges, fermes, habitats, église...


Divers lieux d'exposition du festival...




Réunion avec le photographe Hans Sylvester à la salle "La Rosée du Matin" à Nasbinals...





Paysages d'Aubrac..

Le parcours de cette magnifique région a été l'occasion pour moi de faire quelques photos de ces somptueux paysages.


L'Aubrac est un haut plateau volcanique et granitique français situé dans le centre-sud du Massif central et aux confins des trois départements de l'Aveyron, du Cantal et de la Lozère. Il présente des ressemblances avec le Cézallier et on peut le rattacher comme lui aux hautes terres d'Auvergne. Il est bordé au nord-ouest par les monts du Cantal, à l'est par la Margeride et au sud par les plateaux calcaires des Grands Causses.


Le climat sur l'Aubrac est rude et le plateau est souvent très enneigé l'hiver. Il peut neiger en altitude d'octobre à mai et il peut y geler la nuit presque tous les mois de l'année. Le vent ne rencontre aucun obstacle sur le plateau et balaye la neige, formant des congères parfois énormes qui peuvent rester tard dans la saison (jusqu'en mai-juin).



Le vent dominant est celui d'ouest mais le vent de sud apporte parfois aussi brouillard et mauvais temps sur le sud de l'Aubrac (en particulier lors des épisodes cévenols). Les étés peuvent être chauds mais ils sont souvent orageux.



Les vastes étendues défrichées des pâturages et prairies de fauche sont couvertes de graminées, de légumineuses et de cortèges floristiques favorables aux insectes (orthoptères et lépidoptères notamment), et accueillent à la belle saison pour leur reproduction des oiseaux inféodés aux milieux herbacés : tarier des prés, alouette des champs, caille des blés, pipit farlouse, traquet motteux à la faveur de blocs rocheux ou murets d’épierrement.



Paysages d'Aubrac dans les brumes au petit matin...


L'Aubrac est une étape importante sur la Via Podiensis, l'un des 4 chemins qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle. La via podiensis (ou route du Puy) part de cette localité et passe par Conques après être passée sur l'Aubrac. Cette route coïncide avec le GR 65 et est très fréquentée par les pèlerins à la belle saison.




Les secteurs de lande ou les prairies situées en marge des zones boisées abritent notamment l’alouette lulu, le pipit des arbres, la pie-grièche écorcheur, la pie-grièche grise, espèce encore présente en Aubrac, mais fortement menacée en France à la suite du déclin de ses effectifs.





L'Agriculture en Aubrac..

L'essentiel de l'agriculture en Aubrac alimente la filière de l'élevage bovin allaitant. La race bovine locale "aubrac" est prédominante mais elle revient de loin : elle a été préservée de l'extinction à la fin des années 1970 par une poignée d'agriculteurs qui refusaient de voir disparaître un animal domestique issu de leur histoire commune.



À l'origine, l'aubrac était une race à « deux fins » (élevée à la fois pour le lait et la viande) et donc la principale qualité était la rusticité. De façon globale, son rendement n'était pas excellent ce qui a été subitement considéré comme un handicap à une époque où l'agriculture française s'ouvrait à l'industrialisation.



Face à cette nouvelle situation, les éleveurs s'étaient mis à la croiser avec d'autres races ou cessé son élevage au profit d'autres races à vocation typiquement bouchère.
À la fin des années 1970, le point de vue sur l'aubrac changea. Les éleveurs constatèrent que la race Aubrac disposait d'atouts exploitables (rusticité, fécondité, longévité) qu'il suffisait de savoir vendre. Un programme de sélection efficace visant à produire des animaux de pure race et de qualité fut donc mis en place.



Les troupeaux occupent les pâturages d'altitude du 25 mai (saint Urbain) au 13 octobre (saint Géraud). Ceux-ci viennent des pourtours du plateau et en particulier du nord-Aveyron qui est la principale zone d'origine des troupeaux de bovins transhumant dans le Massif central.

Les pâturages les plus riches se situent dans la zone volcanique ; en zone granitique on trouve aussi de bonnes terres mais le sol est en général moins profond et plus pauvre…


La transhumance est avant tout liée à une nécessité agricole. Cette pratique ancestrale est l'occasion d'un rendez vous annuel festif, les troupeaux de vaches Aubrac prennent le chemin des montagnes pour y estiver de la St Urbain à la St Géraud. A partir du 25 Mai les vaches prennent possession du plateau de l'Aubrac pour paître dans les grands pâturages.




Source des informations : Encyclopédie libre Wikipédia