Ce sentier se situe au alentour de Fontvieille ; ce village est situé en plein cœur de la Provence des Alpilles, à deux pas de la citadelle des Baux de Provence et de Saint-Rémy de Provence.
Entre le XVIIIè et le XXè siècle le village de Fontvieille vivait au rythme de ces moulins à vent construit sur les promontoires rocheux des collines environnantes. Fontvieille est le village où Alphonse Daudet a écrit les célèbres "Lettres de Mon Moulin".


Le Moulin Tissot - Avon :

Le père Avon et son fils furent probablement les interlocuteurs de Daudet car ils étaient propriétaires du moulin Tissot-Avon, le plus proche du château de Montauban où l’écrivain résidait chez son cousin.
Cette proximité lui valait de fréquentes visites d'Alphonse Daudet qui s'arrétait à ce moulin plus souvent qu'aux autres, c'est le moulin que Daudet connait le mieux. Il a même réellement projeté de l'acheter.





"Ce serait le cas, décidément d'acheter le moulin du père Tissot, je lui en parlerai quand j'irai là-bas. L'honneur m'oblige à avoir un moulin."(correspondance privée A.Daudet)



Le dernier meunier Trophime Avon s'arréta en 1905. Propriété communale depuis 2015, il a été entièrement restauré en 2016.



Le Moulin Ribet Saint Pierre, dénommé "Moulin de Daudet" :

Ce moulin, le plus célèbre fut construit en 1814.Il appartenait au meunier Ribes. Dernier moulin en activité, il fonctionna environ un siècle pour arrêter de tourner en 1915.
Il devient « Moulin de Daudet » en 1935 sur l'initiative des Amis du Moulin, parmi lesquels Léo Lelée qui réalisa de nombreux dessins de cet endroit, dont celui du mécanisme, encore visible aujourd'hui.



Daudet s'en inspira très largement dans les descriptions des Lettres de mon Moulin. L'auteur prétend même l'avoir acquis dans un acte de vente imaginaire, et c'est ici qu'il situe notamment le Secret de maître Cornille.




Le Moulin Ramet

Ce moulin surplombe le village et tourna jusque dans les années 1900.


Le Moulin Sourdon

Ce moulin aussi nommé le "Moulin tombé", il fut le premier à perdre son toit et ses ailes. Il fut restauré en 1958. C'est le plus ancien, il fut édifié en 1791.



Deux sortes de meules sont utilisées pour moudre le grain. La meule fixe appelé «dormante» ou «gisante», la meule mobile appelée «courante» ou «tournante».




Articleprécédant Articlesuivant Accueil